Examen des rigs: Ligue de combat mécanisée

Qui suis-je
Aina Prat Blasi
@ainapratblasi
Auteur et références

PlayStation VR était accompagnée à la sortie des magasins d'une gamme conçue pour couvrir toutes les gammes de prix, offrant à la fois des expériences plus courtes et hit and run, excellentes pour acquérir la familiarité nécessaire avec le périphérique, tel que Batman Arkham VR, et des produits conçus pour offrir plus de contenu sur disque comme dans le cas de Driveclub VR. Rigs: Ligue de combat mécanisée de ce point de vue, il se positionne dans le haut de gamme du marché, où sur le papier l'offre doit être adéquate et comparable à celle d'un titre plus «traditionnel»; découvrons si Guérilla Cambridge a réussi à maintenir ses ambitions (et ses attentes).



 

Quand il s'agit de donner un avis sur un produit ludique, il faut le faire une certaine composante subjective entre en jeu. Il est facile de dire si un titre est techniquement correct ou s'il souffre d'un défaut, mais il est déjà plus compliqué d'établir quels résultats il recueille d'un point de vue artistique; La réalité virtuelle fait passer ces considérations à une étape suivante, car d'une personne à l'autre, les ennuis ressentis derrière le spectateur et la fascination que l'on éprouve en se plongeant dans ces mondes tridimensionnels peuvent changer. Voici donc un avis lié à l'expérience de l'auteur de la pièce: une ligne directrice sur ce à quoi s'attendre une fois le titre commencé, qui dans votre cas personnel peut diverger (mais sans exagérer) de ce que nous allons vous dire.

 

La nouvelle frontière du sport
Guerrilla Cambridge joue avec le quatrième mur et le concept de réalité virtuelle, mélangeant les cartes entre le jeu et le monde réel

Dans un certain sens, Guerrilla Cambridge a créé un titre "pirandellien", qui joue avec le concept de réalité virtuelle essaie de mélanger la fiction du jeu avec ce que Rigs veut alors être dans le monde réel. D'une part, derrière le spectateur, le joueur est en fait catapulté dans une équipe de la Mechanized Combat League dans le rôle d'un pilote à ses débuts, récemment promu professionnel des classes cadets. Une ligue dans laquelle vous vous battez à bord de mecha dans le but de marquer, et faite dans tous ses détails comme une véritable compétition. En revanche, dans notre monde, le titre de Guerrilla Cambridge est proposé comme un croisement entre un jeu de tir à la première personne et un titre sportif, en se concentrant fortement sur la composante d'adrénaline et en allant emballer une proposition conçue pour fonctionner et émerger dans le contexte de eSport. Au fur et à mesure que vous jouez, en fait, la direction choisie par le développeur apparaît claire, ce qui en dehors des réunions renvoie des retours similaires au «contour» des modes de carrière typiques des jeux de sport et donne au contraire à l'ensemble une coupe conçue à la fois pour le spectateur et pour le joueur, qui est vraiment tombé dans l'illusion de jouer un match de compétition trois contre trois. Et de ce point de vue Guerrilla Cambridge a sans aucun doute bien fonctionné, rendant l'expérience aussi adaptable que possible à ceux qui portent PlayStation VR. et en essayant de limiter les effets du mal des transports: le coup peut être déplacé à la fois à l'aide de la tête et, selon la tradition, par les mouvements du joystick droit (pouvoir, dans les deux cas, ajuster la vitesse du mouvement), et les cinématiques qui "claquent" à l'expulsion du véhicule (après avoir été abattu par un adversaire) peuvent être assombries afin de minimiser les ennuis. Dans une expérience aussi effrénée, cependant, malgré les précautions, les tracas ne manquent pas, surtout dans les premières sorties sur le terrain. Au fil du temps, la situation, du moins dans notre cas, s'est améliorée, parvenant à faire avancer notre limite personnelle de jeux consécutifs avant de ressentir le besoin de retirer le spectateur et de faire une pause: en tout cas, c'est un aspect avec lequel faire le et d'être évalué soigneusement en fonction de votre sensibilité au problème (de ce point de vue, le conseil est d'utiliser la démo sur le disque inclus avec PlayStation VR comme banc de test pour avoir une idée plus précise de Le phénomène et comment vous y réagissez).



 Dominez le terrain
À mi-chemin entre le sport et le tir à la première personne

Les mécanismes de base des Rigs, comme vous pouvez le deviner, sont ceux d'un jeu de tir à la première personne: vous vous déplacez avec le joystick gauche, tandis que le tir est entraîné (nous l'avons déjà dit) par les mouvements de la tête ou, selon les préférences de le joueur, avec le stick droit. L'objectif, cependant, sera abordé dans tous les cas en exploitant les mouvements du spectateur, avec l'aide du titre pour ajuster (mauvaise blague) le tir et aider le pilote à viser. Les deux déclencheurs contrôlent chacun l'une des armes du Rig, qui, avec la charge de mêlée (bouton R3), permet au robot d'attaquer. L'équipement est enfin complété par les deux boutons arrière, qui vous permettent d'esquiver à gauche ou à droite pour éviter les tirs ennemis. Les aspects qui définissent le plus l'identité des Rigs sont greffés sur ce squelette, ce qui est assez typique du genre. Chaque robot, à l'aide des touches avant, peut activer trois modes de fonctionnement différents: le carré déclenche le mode Turbo, ce qui augmente la vitesse de déplacement du Rig, tandis que le cercle s'active Impacter, qui redirige l'énergie du mécha vers les armes à feu, augmentant ainsi leurs dégâts. Triangle met plutôt le Rig en mode réparation, régénérant leur santé après un certain temps et remplissant l'indicateur sur le HUD montré au joueur dans la cabine. Après trois éliminations sur le terrain ou après avoir collecté suffisamment d'indicateurs, la voiture entre pendant un certain temps Overdrive, activant les trois modes en même temps et vous permettant de profiter de cet avantage temporaire pour marquer ou démolir un autre adversaire.


Les quatre classes proposées sont bien différenciées les unes des autres, et tentent de compenser les quelques modes présents en jeu

En fait, du point de vue des modes, Rigs se concentre essentiellement sur trois types de jeux: Takedown, le classique Team Deathmatch (joué trois contre trois), Powerslam, le mode "baskettara" que nous avons pu essayer dans l'aperçu phase où, pour faire valoir, il faut entrer Overdrive puis aller au panier avec votre robot pendant que les adversaires tentent de l'empêcher de toutes les manières, et enfin Endzone, un Capture the Flag où le but est de prendre le contrôle du balle et allez pour le touché dans le but de l'adversaire. Inutile de dire que les deux derniers modes sont les plus réussis et les plus caractéristiques, où apparaissent les différences entre les classes du Rig et leurs compétences. Guerrilla a en fait pensé à quatre classes différentes pour les robots: Sentinel est le char conçu pour défendre le but dans Endzone ou le panier dans Powerslam, lourd et capable d'effectuer un saut chargé qui, porté au maximum, génère une onde de choc à l'atterrissage. Mirage, en revanche, est plus polyvalent et, grâce à son double saut, il est particulièrement adapté aux jeux de Powerslam. Le Hunter offre une puissance d'attaque équilibrée par rapport à la vitesse maximale atteignable par le Rig, le proposant comme le raider parfait pour les attaques de type hit and run en territoire ennemi. Tempest ferme le cercle, en regardant les statistiques, la classe la plus faible en attaque et en vitesse, mais qui grâce à ses deux rotors peut survoler le terrain pour mieux défendre la zone (en faisant cependant attention à ne pas trop s'exposer, car en l'air il n'y a pas de couverture et les ravins qui au contraire abondent sur le sol). Quelle que soit la classe, chaque robot a sa propre capacité qui dépend du fabricant du véhicule, qui peut aller de la possibilité de voler la balle dans Endzone simplement en tirant sur le porteur à une sorte de vampirisme qui, pour chaque ennemi tué, va réparer le véhicule en régénérant la santé. Pad en main, tout est décidément amusant à jouer et très spectaculaire et frénétique (qui, comme mentionné, pourrait potentiellement jouer contre le titre causant quelques problèmes pour le joueur) et, au final, solide d'un point de vue ludique; le plus gros défaut réside dans le petit nombre de modalités présentes, modérées par rapport à ce que l'on peut trouver dans d'autres titres compétitifs.



La beauté du sport

D'un point de vue technique, à peu près le même discours fait jusqu'à présent sur les autres titres VR est valable: le détail global diminue, mais l'image renvoyée au joueur dans les rétines est cependant plus que adaptée à l'objectif pour créer l'illusion d'être dans l'arène à bord du Rig. Dans tous les cas, la fluidité ne manque jamais, et compte tenu de la frénésie à l'écran et du genre de référence, la preuve de PlayStation VR et Guerrilla Cambridge est sans l'ombre d'un doute convaincante.

Verdict 8/10 La FIFA rencontre Madden et ils vont voir Unreal Tournament Comment Guerrilla Cambridge sort du défi Rigs: Mechanized Combat League avec la tête haute. Bien que devant développer un titre pour une technologie encore inédite pour le grand public, sorti entre autres dans une période d'ébolition totale pour le segment des tireurs, le titre parvient à divertir et, mis à part les problèmes de maladie (où pourtant les développeurs ont essayé différentes solutions pour rendre l'expérience plus confortable) est sacrément réussi même avec seulement les trois modes présents sur le disque. Le gros inconvénient est le suivant: suffira-t-il à maintenir l'attention du public ou est-ce que trouver des joueurs en ligne sera plus compliqué dans quelques semaines? Avantages et inconvénients Putain de drôle
Excellent test pour PlayStation VR
Tant d'options pour arrêter le mal des transports ... x ... mais quelques désagréments subsistent
x Seulement trois modes de jeu



ajouter un commentaire de Examen des rigs: Ligue de combat mécanisée
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.