Examen d'aliénation

Qui suis-je
Aina Prat Blasi
@ainapratblasi
Auteur et références

Parlez des tireurs à double bâton, en particulier sur les plates-formes Playstation, sans oublier Housemarque c'est probablement impossible: grâce au level design sui generis de la série Super Stardust et au Resogun plus récent, mais aussi à quelques "expérimentations" qui ont tenté de décliner le genre également en sauce survie (Dead Nation). C'est à partir de ce dernier titre que l'équipe suédoise a décidé de repartir avec Aliénation, créant une sorte de successeur spirituel avec un ADN plus plein d'action. Avec quels résultats? Continuons dans l'ordre.



Alien Nation
Il y a un soupçon de narration, même s'il reste toujours en arrière-plan

L'invasion extraterrestre des forces de Xeno a commencé tranquillement, également grâce à la dissimulation des premiers signes du conflit par certains gouvernements, qui a fait taire des incidents tels que celui de Tunguska ou de Roswell. Le conflit, depuis plusieurs décennies, semble désormais inévitablement unilatéral, les forces terrestres étant incapables de lancer des attaques significatives contre des troupes venant d'outre-espace. Le seul espoir qui reste, le seul coup de poing chanceux que l'UNX (le gouvernement mondial sur terre) puisse espérer lancer, réside dans des combinaisons mécanisées capables de donner aux soldats qui les portent des capacités surhumaines: il suffira de subvertir le sort d'une guerre. cela semble-t-il maintenant désespérément perdu?

Par rapport à ce qui a été vu dans les titres précédents, Housemarque Alienation propose donc une texture limite plus définie et capable d'évoluer mission après mission, bien que tout reste encore un cadre pour l'expérience et se limite à contextualiser les batailles affrontées par le joueur, sans détailler ni caractériser les différents personnages impliqués. Le pedigree distinctement arcade du studio continue donc d'exercer son influence, créant une fois de plus un produit où l'accent est mis sur le «contenu ludique» plutôt que sur les histoires racontées.



Alien + Nation morte
Le point de départ est le gameplay éprouvé de Dead Nation, cependant décliné davantage sur l'action et en oubliant le "ballast" de survie

Le squelette ludique de base, comme mentionné au début, est dérivé de Dead Nation: Alienation est en fait un jeu de tir à double bâton avec une vue plongeante. qui également en termes de contrôles suit le titre basé sur les zombies sorti en 2010. Vous vous déplacez avec l'analogue gauche, tandis que le joystick droit vous permet de viser à l'aide du pointeur laser sur chacune des armes disponibles, puis de tirer plus tard (séparant ainsi les opérations de visée de celles de tir) en appliquant une pression sur la droite déclencheur. Le joueur a trois armes différentes à sa disposition, la principale avec un chargeur plus gros mais plus limité en ce qui concerne les dégâts infligés, une secondaire plus meurtrière, mais aussi plus difficile à utiliser (généralement le chargeur contient 5 ou 6 cartouches) et une arme lourde , capable de mélanger les mérites des deux classes vues ci-dessus. En plus des armes à feu, le soldat est équipé d'un équipement supplémentaire, allant de grenades à distance à un boomerang mortel capable de frapper au lancement mais aussi "au retour", qui contrairement à Dead Nation il ne s'use pas avec l'usage mais cela ne prend qu'un certain temps de recharge entre les lancements. Enfin, l'attaque de mêlée classique ne pouvait pas manquer, utile pour éliminer les ennemis qui se déplacent seuls ou pour respirer, comme par contre le tir, tout en rechargeant l'arme (touche R3, avec la possibilité de réduire de moitié le temps de chargement si vous appuyez avec le bon timing). Déjà à ce stade, on peut voir que, bien que la base soit commune à celle d'un produit plus orienté vers la survie et «économiser» les ressources, Alienation va interpréter le genre plus directement: vous passez continuellement d'une arme à une autre (au lieu de compter uniquement sur le feu principal, n'utilisant le reste de l'arsenal qu'en dernier recours), une manœuvre encouragée par la mécanique du jeu qui, à chaque fois que des munitions sont collectées, augmente le nombre de les balles disponibles pour les trois armes (avec des quantités plus généreuses pour les deux non utilisées), et les grenades et autres équipements sont également lancés plus fréquemment car ils ne sont plus limités par les fournitures rassemblées. Sans l’épouvantail du «gaspillage» de ce qui a été collecté dans le jeu le composant lié au pillage bénéficie également de cette empreinte plus d'action: il est presque naturel d'explorer la carte disponible lors d'une mission, même si vous vous éloignez de l'objectif principal, à la recherche de coffres ou d'événements secondaires (hordes ou cibles particulières à éliminer) qui confèrent un butin plus intéressant (nous y reviendrons que peu de temps) o ils aident à maintenir le multiplicateur de points d'expérience élevé, essentiellement lié au nombre d'ennemis tués et réinitialisés uniquement en cas de mort (avec réapparition au dernier point de contrôle activé manuellement). Des points de contrôle qui, entre autres, peuvent être détruits, un peu comme cela s'est produit dans Shovel Knight, afin d'obtenir d'autres extras liés au score pendant le jeu.



Aliénation
Le système de classes ne fait qu'accroître la distance entre Alienation et Dead Nation, rendant les modes multijoueurs encore plus réussis

Ce qui précède est la "base commune" du gameplay d'Alienation: au-dessus de ces aspects, un système de classes est alors inséré qui vous permet de vous faire passer pour trois soldats différents avec des capacités différentes (actif et passif) à débloquer au fur et à mesure que vous montez de niveau, avec la possibilité de «réinitialiser» le montant dépensé et de redistribuer librement les points au début de chaque mission. Cela commence à partir de Réservoir, plus lent (surtout en ce qui concerne le tir) mais équipé d'une puissance de feu supérieure, la possibilité d'activer un bouclier d'énergie pour dévier les tirs ennemis et d'utiliser le crash classique au sol pour écraser les extraterrestres. le Saboteur, la seule classe capable de tirer deux fois de suite sans chargement, rappelle plutôt le Zer0 de Borderlands 2, tombant dans son rôle de «ninja» grâce à la possibilité de se rendre invisible mais en même temps doté de compétences qui augmentent l'efficacité du corps au corps à corps, sans oublier la puissance de feu grâce à la possibilité de demander une attaque de zone qui engage tous les ennemis à sa portée. Se ferme le Biospécialiste, l'incontournable médecin du groupe qui d'une part soigne tous les membres de l'équipe tandis que de l'autre il frappe les Xenos à l'aide d'essaims de nanomachines et de nuages ​​toxiques pour leur race. Ce n'est pas un hasard si on a parlé d'équipes, étant donné qu'Aliénation (même si elle peut se jouer plus ou moins tranquillement, à l'exception de certaines zones plus difficiles, seule) donne son meilleur en multijoueur, grâce au système de classes qui viennent d'être décrites et la possibilité de commencer à jouer avec d'autres à tout moment, grâce à un système de drop-in très fluide. À cet égard, l'absence d'un mode coopératif local nous a semblé une défection particulièrement grave, confinant au moins pour l'instant tous les aspects dédiés au multijoueur en ligne. En revanche, Housemarque a jugé bon d'insérer du contenu compétitif qui va au-delà des classements habituels: à l'instar de ce qui a été vu sur la série Souls, il est possible d'envahir les jeux d'autres joueurs ou d'être envahi, exploiter l'issue de ces conflits pour progresser dans les classements dédiés. Grâce à l'Arche, une fois débloquée, vous pouvez également rivaliser avec d'autres joueurs en équipe, ajoutant des aspects qui vont au-delà de la compétition «indirecte» à laquelle l'équipe d'Helsinki nous avait habitués et même au-delà du mode PvP sans précédent vu peu de temps ci-dessus. Bref, le package sur papier apparaît particulièrement riche en contenu, et devrait pouvoir assurer un certain nombre de divertissements même une fois arrivé en fin de partie. (surtout parce qu'une fois que vous atteignez le niveau 30, vous commencez à accumuler des niveaux de héros qui augmentent les HP disponibles); cependant, comme d'habitude, le niveau de "grip" sur les joueurs à moyen et long terme sera évalué, pour comprendre combien d'autres soldats il sera possible de trouver sur les serveurs du jeu.



Action extraterrestre
Le système de progression des armes bénéficie également du tour plus riche en action du titre

Dit du système de progression lié au personnage, ou plutôt à la combinaison mécanique du soldat, on ne peut que passer quelques mots pour la mécanique de mise à niveau dédiée aux armes à feu présentes: chaque fusil, revolver, lance-roquettes ou grenade est équipé non seulement avec son propre niveau et de sa propre rareté (de l'élémentaire au légendaire), mais aussi des statistiques de base qui décrivent les capacités de mise à mort de l'arme sous forme de dégâts, cadence de tir, temps de rechargement et possibilité de coup critique (le menu est estimation des dommages par seconde). Chacune de ces statistiques individuelles, utilisant des matériaux collectés en explorant la carte ou obtenus en "démontant" des armes qui ne sont plus utilisées, il peut être recalculé au hasard tant que les stocks le permettent et que vous n'êtes pas satisfait du score. Vous pouvez également greffer, sur les armes qui sont équipées de "réglages" (généralement les rares ou supérieurs), des Noyaux d'amélioration qui augmentent encore leurs caractéristiques, pouvant recalculer de manière aléatoire également le type d'emplacements pour le noyaux de l'arme. Les noyaux ont 5 niveaux, qui augmentent au fur et à mesure que vous combinez ces éléments les uns avec les autres en "fusionnant" les noyaux de la même catégorie pour en obtenir un plus performant (dans le sens, par exemple, de ce qui s'est passé dans Soul Sacrifice avec des sorts). Enfin, certaines combinaisons d'arme principale sont capables de déclencher des effets secondaires., comme la foudre frappe un ennemi puis se dilate pour toucher les extraterrestres proches de lui: en ce sens, comme nous l'avons dit, la vocation plus d'action du titre (qui encourage au mieux l'exploration des différentes cartes à la recherche du butin) va parfaitement avec le système de nivellement choisi pour l'équipement des soldats, beaucoup plus qu'en fonction de la difficulté choisie pour la mission, il est possible d'augmenter les chances de rencontrer des récompenses plus alléchantes, en parallèle abaissant le taux de chute des armes les plus courantes. Le revers de la pièce voit, à des difficultés plus élevées, la présence d'ennemis plus coriaces dans la zone: le point de départ est en tout cas le niveau du joueur (également en ce qui concerne le butin "largué"), qui est cependant augmenté de deux unités sur Difficulté professionnelle et quatre niveaux sur Vétéran. Le taux de défi déjà bon (et "ajustable" sur vos compétences) peut également être encore augmenté au début d'une nouvelle campagne, en activant le mode Bloody qui désactive tous les points de contrôle présents (et la régénération du joueur attachée) et fait de la mort un statut permanent.

 

Techniques extraterrestres
D'un point de vue technique, Housemarque ne se contredit pas

D'un point de vue technique, l'aliénation se comporte, selon la tradition de l'équipe suédoise, très bien, résultant fluide dans tous les cas et parvenant à afficher en plus des quantités plus que généreuses d'aliens (notamment lors d'événements de horde) également des effets visuels très réussis comme des flammes, des explosions et des nuages ​​de fumée magnifiquement conçus. Le niveau général de détail, clairement, n'est pas de nature à être époustouflant, mais grâce aux effets mentionnés ci-dessus et à l'utilisation d'une palette de couleurs vives capable d'espacer beaucoup d'un réglage à l'autre, le titre réussit, encore une fois une fois, pour ramener à la maison un résultat convaincant qui correspond au portefeuille Housemarque. Le son est bon aussi, à la hauteur de la situation tant en ce qui concerne l'accompagnement musical qu'en allant écouter le doublage (en anglais sous-titré), capable de faire son devoir sans être particulièrement mémorable.

Verdict 8/10 Dead Nation avec du poivre au c ** o Comment Housemarque a réussi à nous convaincre à nouveau cette fois, confirmant les bonnes impressions qu'Aliénation nous avait transmises lors de l'annonce à la Gamescom 2014 puis confirmées lors des essais routiers. Si le point de départ est, clairement, Dead Nation, cette fois, la nature du produit est nettement plus d'action, éclipsant tous les aspects de survie du titre d'il y a 6 ans pour faire place à une formule plus adrénaline qui augmente la vitesse de manœuvre et la compétence de "tireur" du joueur. Désolé seulement pour l'absence, au moins pour le moment, de la coopérative locale, partiellement compensée par les nouveaux modes en ligne plus proches de la philosophie concurrentielle mais toujours capable de laisser un vide dans l'offre ludique que l'on ne peut s'empêcher de peser. Avantages et inconvénients Rapide, amusant, stimulant
Différents modes multijoueurs ... x ... mais la coopérative locale manque
x «Population en ligne» à évaluer sur le long terme


ajouter un commentaire de Examen d'aliénation
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.