Le marché des smartphones se prépare à avoir un nouveau protagoniste en Europe : nous avons rencontré Vivo

Qui suis-je
Judit Llordés
@juditllordes
Auteur et références

110 millions de smartphones vendus en 2018. Deuxième fabricant de téléphones en Chine, troisième en Inde, sixième mondial. Ce ne sont là que quelques-uns des chiffres de Vivo, une entreprise chinoise prête à conquérir l'Europe. Le débarquement officiel sur le Vieux Continent aurait dû avoir lieu en grande pompe, lors du Mobile World Congress 2020 à Barcelone. Cependant, la foire espagnole a été annulée en raison de l'urgence du coronavirus, mais cela n'a pas changé les plans du géant de Dongguan.


Plus que tout autre nombre, il y a un fait qui nous permet de comprendre la philosophie qui a toujours distingué Vivo : 80% de la main-d'œuvre est employée dans des activités de recherche et développement. La société a construit des centres de R&D dans le monde entier et en compte actuellement six dans son pays (Dongguan, Pékin, Shenzen, Shanghai, Nanjing, Hangzhou), un à Taipei, un à San Diego et un à Tokyo. Des lieux où sont posées les bases des technologies du futur. Et ce n'est pas qu'un cliché.


Un exemple frappant de cette approche est le concept phone APEX 2020 annoncé fin février. C'est le premier smartphone à intégrer, dans le module photographique arrière, une stabilisation de type cardan, comme cela se produit dans les cardans. Non seulement cela, mais, dans cet appareil, Vivo a également réussi à monter la caméra frontale sous l'écran, sans trous ni "encoches" à la manière d'un iPhone. Cela a été possible grâce à une disposition particulière des pixels qui, précisément dans cette portion, augmentent la transmittance de la lumière jusqu'à 6 fois, éliminant du même coup la diffraction et toute forme d'interférence avec l'optique.

Ce ne sont là que les dernières découvertes, par ordre chronologique, extraites du cylindre des centres de recherche et développement de la société chinoise. Ceux qui, comme moi, ont eu la chance d'avoir des smartphones Vivo entre leurs mains ces dernières années, savent bien à quel point le concept d'innovation technologique est ancré dans les stratégies de la marque. Et c'est précisément ce fil rouge qui guidera son atterrissage en Europe, comme nous l'a dit Seon Il Hwang, vice-président européen de l'entreprise et responsable de toutes les activités de marketing, communication et e-commerce pour le Vieux Continent.



Seon Il Hwang

L'offensive de Vivo couvrira tous les segments de marché. De la série NEX, historiquement le haut de gamme de l'entreprise, jusqu'à la série U, cette dernière étant spécifiquement conçue pour la vente en ligne. De plus, le géant de Dongguan mettra en place une stratégie similaire à celle déjà vue entre Xiaomi et Redmi, voire entre Huawei et Honor : la marque Iqoo arrivera donc également en Europe, faisant partie de la galaxie Vivo, ce qui vous permettra de vous concentrer sur le rapport qualité/prix pour certains segments. Bref, une stratégie qui englobera le secteur des smartphones dans son intégralité.

En parlant de canaux de vente, Seon Il Hwang nous a expliqué qu'il souhaite reproduire, au fil du temps, l'approche de Vivo en Chine. En effet, en plus des boutiques en ligne, l'entreprise peut compter sur trois types de magasins physiques : concept stores, centres d'expérience et magasins de marque. La logique sera donc, dans un premier temps, d'exploiter le e-commerce et les chaînes électroniques, pour ensuite structurer également son propre réseau. Il s'agira également de véritables centres de réparation, avec la logique de pouvoir assister le client sur place.

Entre autres, compte tenu de la période historique et de l'urgence liée au coronavirus, Vivo peut compter sur un avantage stratégique décisif. En effet, les centres de production de l'entreprise ils ne sont pas seulement situés en Chine, mais ils sont également présents en Inde, au Bangladesh et en Indonésie. Ceci donc, net de certaines limites, devrait permettre de ne pas remettre en cause la stratégie globale d'atterrissage en Europe, compte tenu de ce que sera l'objectif de référence.


En parlant de cela, la base d'utilisateurs Vivo est vraiment intéressante. Globalement, 75 % des clients existants de l'entreprise sont dans la tranche d'âge entre 0 et 36 ans (les 25 % restants ont plus de 36 ans). Un public extrêmement jeune donc, avec 44% de femmes, un signe clair de la façon dont l'innovation technologique n'est pas simplement une fin en soi, mais est en quelque sorte canalisée dans des dispositifs fonctionnels et, pourquoi pas, esthétiquement beaux, comme l'a souligné Seon Il Hwang.



L'aspect sur lequel Vivo sera vraiment appelé à un saut qualitatif est certainement l'interface logicielle, du moins dans la logique de l'arrivée en Europe. De ce point de vue, l'entreprise chinoise partage les enjeux critiques qui sont déjà apparus dans un premier temps avec les différents Oppo, Xiaomi, Huawei : une interface utilisateur conçue pour les besoins et les goûts des utilisateurs orientaux, qui s'adapte plus difficilement à ceux des utilisateurs occidentaux. Ce sera probablement le vrai grand défi du géant de Dongguan, net d'une innovation technologique qui continuera à représenter le phare de sa stratégie. Le marché européen des smartphones se prépare à avoir un nouveau protagoniste.



ajouter un commentaire de Le marché des smartphones se prépare à avoir un nouveau protagoniste en Europe : nous avons rencontré Vivo
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.