Chronique d'Innsmouth : Montagnes de folie | Revue

Qui suis-je
Pau Monfort
@paumonfort
Auteur et références

Dans l'histoire de la musique, du cinéma, des jeux vidéo et de la culture pop en général, on trouve beaucoup, beaucoup de noms dignes d'être identifiés comme des légendes : des auteurs inaccessibles, des éditeurs de logiciels capables de fixer des normes de plus en plus élevées et même quelqu'un qui mérite la réputation d'un véritable artiste. Prenez par exemple HP Lovecraft, peut-être l'un des grands écrivains les plus réévalués ces dernières années : un auteur capable de créer des mondes imaginaires nuancés capables de redéfinir le genre de l'horreur, et pas seulement en littérature.



Prenons ensuite un studio de développement comme LucasArts, un emblème du jeu des années 11.000 qui a donné encore aujourd'hui des histoires inoubliables parmi les plus particulières jamais racontées dans le milieu du jeu vidéo. Regroupons maintenant ces deux concepts si différents mais si importants dans l'histoire de la culture populaire : voici Mountains of Madness, le deuxième chapitre de la série Chronicle of Innsmouth avec lequel les garçons de PsychoDev font leur retour quatre ans après leurs débuts. Un titre né grâce à une levée de fonds sur Kickstarter, qui a conduit l'équipe à récolter XNUMX XNUMX dollars à affecter à la création d'une aventure graphique qui a immédiatement capté l'intérêt de nombreux fans du genre à travers le monde. Après avoir enfin pu l'essayer de visu, il est maintenant temps d'approfondir la discussion... À quoi ressemble vraiment Chronicle of Innsmouth: Mountains of Madness ? Voyons ça ensemble !

Chronique d'Innsmouth, le retour de l'esprit LucasArts ?

Commençons tout de suite par répondre à la question qui donne le titre à ce paragraphe. Non, Chronicle of Innsmouth ne parvient pas à évoquer les gloires des productions historiques de LucasArts, si ce n'est avec une partie de l'agréable secteur graphique proposé. Les raisons sont nombreuses et maintenant nous allons les ébranler petit à petit, pas avant un petit retour en arrière pour présenter l'aventure graphique de PsychoDev.



Le début de Chronicle of Innsmouth : Mountains of Madness nous entraîne au milieu d'une expédition au cœur des régions polaires de l'hémisphère sud, où un groupe de scientifiques vient de découvrir l'entrée secrète d'une montagne mystérieuse. Une fois à l'intérieur, l'équipe remarque de curieuses formes de vie emprisonnées dans d'épaisses plaques de glace : de quoi s'agit-il ? Ils le découvriront à leurs frais et, dans les sections suivantes, nous apprendrons également à connaître notre protagoniste : Détective Lone Carter, envoyé pour enquêter sur la disparition des scientifiques. Lone arrive juste à temps pour trouver une traînée de cadavres déchirés et échapper à une créature effrayante, avant de retourner dans la ville d'Innsmouth où elle commencera son voyage à la recherche de réponses à ce qui s'est passé.

C'est le début du jeu : un produit fortement inspiré du roman « Aux montagnes de la folie » sans toutefois, honnêtement, pouvoir évoquer vraiment ces sensations de l'œuvre de Lovecraft. Oui, car l'histoire, malheureusement, a du mal à décoller même avec l'avancée du jeu. En fait, nous sommes confrontés à une narration qui peine à s'impliquer pour différentes raisons : du manque de profondeur des dialogues aux cinématiques animées de très peu d'impact, en passant par un secteur sonore original mais pas particulièrement captivant.

alors il manque une vraie caractérisation des personnages, souvent esquissée ou racontée de manière trop superficielle, combinée à des conversations dont le ton semble presque imiter l'ironie amusante qui caractérisait les aventures graphiques tant appréciées des années XNUMX. Bref, un secteur graphique similaire à celui de LucasArts ne suffit pas pour être LucasArts, et la Chronique d'Innsmouth en est malheureusement une preuve très évidente.


Prenant le jeu comme un produit à part entière, se détachant de l'inspiration autoproclamée aux grands classiques, on se retrouve encore face à un titre discret : ce serait une erreur de ne pas considérer les ressources très limitées sur lesquelles l'équipe pouvait compter. , et dans l'ensemble, le résultat final mérite des applaudissements, même pour cette seule raison. Quelques sections de Mountains of Madness ont en tout cas une bonne écriture, et dans l'ensemble nous sommes confrontés à de grands pas en avant par rapport à la Chronique d'Innsmouth 2017 jamais trop convaincante.


Chronique d'Innsmouth, ce sera pour la prochaine fois...

Côté gameplay, la structure est celle que l'on attend de la plus classique des aventures graphiques : un point and click avec une interface simple et immédiate, depuis laquelle accéder à l'inventaire où l'on peut combiner les objets utiles pour résoudre les différentes énigmes. Ces derniers, pour leur part, ne sont pas trop fastidieux : Chronicle of Innsmouth présente une difficulté de base relativement faible, surtout pour ceux qui connaissent déjà le genre sous toutes ses facettes.

Quant à la longévité, le titre peut être complété en un peu plus de 5/6 heures à la lumière d'une forte linéarité qui la caractérise de bout en bout : une durée « juste », considérant que la narration n'est jamais excessivement allongée sauf dans certaines sections introductives. Excellent doublage réalisé en anglais, avec la possibilité de choisir entre différentes langues pour les textes dont l'espagnol.


Ce qui reste après avoir joué à Chronicle of Innsmouth, c'est le sentiment que, sans l'ombre d'un doute, on aurait pu oser plus. En fait, il manque ce mordant, cette inspiration et cette implication que l'on doit attendre des produits de ce genre : un type de jeu qui, ne pouvant compter sur un gameplay d'action, doit nécessairement exploiter la composante narrative pour capter le joueur. Le titre de PsychoDev, somme toute, il ne réussit qu'en partie.


Cependant, ce n'est pas un trou dans l'eau : l'aventure se termine d'une manière qui, sans rien laisser en suspens, jette des bases intéressantes pour un hypothétique troisième épisode de la saga. C'est ce que, au final, nous espérons pouvoir voir dans les prochaines années. Car si Chronicle of Innsmouth : Mountains of Madness va mettre la barre haute avec le premier chapitre, quoique légèrement, nous sommes sûrs qu'en continuant à travailler dans ce sens l'équipe ne fera que s'améliorer. S'affirmer, avec diverses astuces et un soin plus marqué, comme une belle réalité dans le paysage des aventures graphiques indépendantes.


ajouter un commentaire de Chronique d'Innsmouth : Montagnes de folie | Revue
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.